April 2007 Archives

Problem with RSS feed

|

I've just been told there is a problem with the RSS feed of this blog. I'm investigating it but at the moment I cannot find where the issue is. Sorry for the inconvenience.

Update on May 4, 2007: It seems that the problem was a non printable character in the middle of an entry. It should be fixed now.

Ceci est le titre de la déclaration du mouvement "Sauvons la Recherche" quant au second tour des élections.

Il est intéressant de voir que cette déclaration reprend le graphe de la revue Nature que j'ai mentionné récemment.

Bonne lecture ;-)

J'ai eu l'occasion de jouer à Neuland et Jenseits von Theben mardi dernier à Jeux en Société.

Neuland est un jeu de gestion, où l'on dépense des points d'actions pour produire des ressources, puis des points d'actions pour transformer des ressources en ressources plus évoluées, jusqu'à produire des points de victoire sur les bâtiments ultimes (que j'ai envie d'appeler merveilles). Le premier à 9 points de victoire (si on est 4) gagne. Plusieurs subtilités s'ajoutent à ce principe de base: il faut d'abord construire des bâtiments avant de les utiliser, et même si cela ne coûte aucune action, cela coûte des ressource (bois ou pierre). Ensuite, si une ressource à transformer n'est pas voisine du bâtiment la transformant, il faut payer plus. Enfin, il y a le mécanisme du tour de jeu, que je vais détailler un peu plus loin.

Jenseits von Theben est un jeu où l'on fait des fouilles pour découvrir des artefacts. Avant d'aller fouiller, on accumule des connaissances, puis on décide de passer plus ou moins longtemps sur le site de fouille pour avoir une meilleure chance de trouver des artefacts, et "chance" est un mot crucial ici: une fouille se déroule en piochant un certain nombre de jetons dans un sac, plus de la moitié initialement étant du sable, les autres des artefacts. A la fin de la fouille, on remet le sable, comme cela la personne fouillant ensuite sur le site aura moins de chance de trouver quelque chose. Sauf s'il passe après moi, parce que je suis le roi pour ne trouver que du sable ! Avec les artefacts accumulés, on peut (si on a le temps) aller les exposer pour gagner d'autres points de victoire.

Un aspect intéressant d'une soirée passée sur ces deux jeux est la similitude d'un de leurs mécanismes: celui qui indique à qui c'est le tour de jouer. Pour résumer, c'est tout simplement la personne qui a le moins joué qui joue.

Même dans le mécanisme, on peut noter des différences, dépendant de comment on compte combien on a joué, et de ce que l'on peut faire

Dans Neuland, on compte les actions, une production ou conversion de ressource consommant au moins une action. On peut continuer à jouer tant que l'on ne dépasse pas 10 actions.

Dans Theben, on compte le nombre de semaines passées. Ce nombre dépend de la distance de la ville où on va aller, pour fouiller ou acquérir des connaissances, et de ce que l'on va y faire. Ce nombre peut même être choisi par le joueur dans le cas d'une fouille, augmentant le nombre de tirages dans le sac aux trésors.

Une grande similarité dans ces approches est que l'on peut jouer peu pour rejouer plus vite. Dans Neuland, on peut utiliser ce mécanisme pour faire plus que 10 actions: on joue suffisamment peu pour rester dernier, puis on rejoue (puisque l'on est dernier) en faisant jusque 10 actions supplémentaires.

Dans Theben, on peut également utiliser ce mécanisme pour jouer deux fois. C'est comme cela qu'un joueur m'a piqué une expo dont j'avais tous les éléments nécessaires: il a fait une fouille, et a rejoué avant moi pour aller faire l'expo.

J'ai beaucoup apprécié Neuland pour sa profondeur. C'est un jeu moche (voir la photo à la fin de cet excellent billet de Reixou) mais très élégant. Un aspect très intéressant par exemple est la planification en profondeur: pour utiliser les plus grosses merveilles, il faut 12 actions successive partant des productions de base en supposant que tous les bâtiments sont construits et qu'ils sont voisins. Sachant que toute ressource produite doit être utilisée au plus tard à son tour suivant, il vaut mieux bien planifier ou avoir un plan B. Dans notre partie, il n'y a presque pas eu de gâchis: j'ai seulement dû abandonner un tissu quand on m'a piqué une merveille que je voulais faire.

Un autre mécanisme sympathique de Neuland est que l'on partage les bâtiments. Les seuls avantages de dépenser pour les construire sont:

  • on choisit où on le met (avec sûrement une idée de la chaîne de production à laquelle ils vont participer, donc des bâtiments qu'il vaut mieux avoir dans le voisinage),
  • on choisit quels minerais sont produits (dans le cas des mines),
  • on est le premier à l'utiliser.

A l'opposé, j'ai trouvé Theben un peu creux. J'ai déjà mentionné l'importance de la chance. Mais même en faisant abstraction de celle-ci, j'ai l'impression que le jeu finit trop tôt: seules deux expositions ont été faites. Une stratégie visant les expositions ne semble ainsi pas être payante. Un jeu qui semble long mais qui finit trop tôt n'est pas ma tasse de thé.

Encore un billet politique ... mais d'ici un mois et demi, cela devrait se tasser ;-)

Voici une image trouvée sur un forum de discussion montrant l'évolution de la dépense pour la recherche (en pourcentage du PIB) depuis l'élection de Mitterrand.

investissement_recherche.jpg

Je ne peux m'empêcher de rappeler la promesse électorale de Chirac en 2002 d'atteindre un budget pour la recherche égal à 3% du PIB. On peut remarquer que sous les gouvernements UMP la tendance est plutôt inversée. Les promesses n'engagent vraiment que ceux qui s'en souviennent.

Mieux vaut tard que jamais

|

Je viens de l'apprendre, Nicolas Sarkozy a répondu hier soir vendredi, à 18h, au questionnaire de Candidats.fr. Enfin, pour être précis, il a écrit une lettre où il aborde certains des sujets du questionnaire, sans donner de réponses individuelles aux questions. J'en ai trouvé la lecture intéressante mais aussi inquiétante, car elle confirme la continuité d'orientation politique de Sarkozy sur ce sujet par rapport aux dernières années (ce qui n'est surprenant que si on considère qu'élire le candidat de la majorité est une rupture, fût-elle tranquille;-) ).

Le bonheur ...

|

C'est ça.

Au delà des faits divers rythmant cette fin de campagne, quelques idées de fond réussissent quand même à percer. Tout d'abord, François Bayrou à répondu au questionnaire de Candidats.fr. Puis les candidats ont donné leur opinion vis à vis de la recherche et de l'enseignement supérieur. Enfin, malgré ses promesses, Nicolas Sarkozy n'a pas répondu au questionnaire de Candidats.fr, montrant son manque d'intérêt pour les logiciels libres. (Je sais bien que les promesses n'engagent que ceux qui s'en souviennent, mais cela n'empêche pas de responsabiliser les citoyens, surtout quand ils sont candidats. Mise à jour le 21 avril: Nicolas Sarkozy a répondu le 20 avril au soir, voir ce nouveau billet.)

Un peu plus vieux: la ligue des droits de l'homme a noté les candidats.

C'est une lecture extrêmement intéressante. Cela nous change du tout économique / tout répressif qui semble être la manière de gérer la culture en France aujourd'hui. Même les Majors découvrent la limite des protections techniques de certaines œuvres, combien de temps avant que les politiques ne fassent de même ?

Modification: j'ai changé le sujet de "Réponse de Ségolène Royal au questionnaire Candidats.fr" en "Réponse de l'équipe de Ségolène Royal au questionnaire Candidats.fr" parce que nous allons élire une équipe et pas une personne (heureusement parce que Ségo ne sait pas combien de SNLE on a, et Sarko ne sait pas combien de SNA on a ;-) ).

Vous avez sûrement remarqué dans la barre de droite de ce blog un badge appelant à signer une pétition contre les machines à voter. Voici une petite clarification à son sujet.

Je pense que la valeur d'une élection est directement liée à la confiance que l'on a en son résultat. Pourquoi ne brûlons-nous pas tout lorsque le candidat choisi n'est pas celui que nous souhaitons ? Pourquoi nous limitons-nous à une manifestation pacifique (suivi par un scrutin sans appel) quand c'est un candidat que l'on ne veut vraiment pas ? Tout simplement parce que nous avons confiance dans le processus électoral et que nous pensons qu'il représente le choix d'une majorité. Et que c'est comme cela que la démocratie fonctionne.

J'ai participé à plusieurs dépouillements, et j'ai acquis la conviction qu'aujourd'hui le vote de chacun est bien pris en compte au niveau du bureau de vote. Des personnes vérifient que les totaux de chaque bureaux s'additionnent bien, et au bout du compte je sais que, quel que soit le résultat de l'élection, aussi plaisant ou déplaisant soit-il, il correspond au choix des votants.

C'est cette transparence qui semble disparaître avec les machines à voter: fabriquées pour plupart à l'étranger, ce sont des ordinateurs dont on n'a même pas le droit de regarder le programme (sous couvert de secret industriel). Imaginez que vous arriviez au bureau de vote, et que quelqu'un vous prenne votre bulletin pour aller, dans une arrière salle, le prendre en compte. Même si le ministère de l'intérieur vous garantit que c'est quelqu'un d'intègre, ne préféreriez-vous pas mettre vous-même mettre dans l'urne transparente votre bulletin, et participer au comptage final ? De plus, si une erreur flagrante apparaît (par exemple toutes les voix pour un candidat crédité de moins de 1% d'intentions de vote), il n'existe aucun moyen de recompter: la machine fournit un total final, sans trace du cheminement qui l'a amené à ce résultat.

Je comprends que l'on cherche à avoir des élections plus efficaces et moins onéreuses. Je pense qu'aujourd'hui le coût est encore trop cher: je ne veux pas payer le confort d'un résultat à 20h pile contre la stabilité politique de notre pays et la colonne vertébrale de notre démocratie.

1 commentaire était sur Haloscan


Ca fait un petit bout de temps que j'entends parlé de ce projet de machine à voter. Il semblerait que certains pays qui en ont fait l'acquisition il y a quelques années, les mettent aujourd'hui au rebut. Alors pourquoi la France aujourd'hui veut elle prendre le train en marche alors qu'il a déjà déraillé ?

Tout ce que cela va nous apporter :

  • soupçon et discrédit sur les résultats des votes
  • de rééls manipulations à grande échelle.

Et je ne dirai qu'une choses aux optimistes. Souvenez vous des électeurs fantômes (Paris, Corse)
Yoann | Homepage | 05.04.07 - 13:28

About this Archive

This page is an archive of entries from April 2007 listed from newest to oldest.

March 2007 is the previous archive.

May 2007 is the next archive.

Find recent content on the main index or look in the archives to find all content.

Recently Played Games